Vingt choses que les enfants adoptés souhaiteraient que leurs parents sachent

Les adoptés ont souvent peur de faire mal à leurs parents adoptifs.

Peur de blesser.
Peur de trahir.
Peur de décevoir.
Peur d’être ingrat.
Peur de ne plus être aimé.

Et pourtant, les adoptés ont des tonnes de choses à dire! Sherrie Eldridge en a nommé et commenté 20 dans son recueil intitulé «Twenty Things Kids Wish Their Adoptive Parents Knew». Je les ai pour la première fois lus sur le site de Québec Adoption, au tout début de mon intérêt envers mes origines et ma situation d’adoptée.

  1. J’ai subi une perte considérable avant d’être adopté. Vous n’êtes pas responsable.

  2. J’ai besoin qu’on m’explique que le choc causé par l’adoption m’a donné des besoins spéciaux et que je n’ai pas à en avoir honte.

  3. Si je ne fais pas le deuil de mes pertes, mon aptitude à recevoir votre amour et celui des autres sera entravé.

  4. Mes peines non résolues peuvent ressortir en colère contre vous.

  5. Si je ne parle pas de ma famille d’origine, cela ne signifie pas que je ne pense pas à elle.

  6. (…) Cliquez ici pour lire la suite.

Je me suis reconnue dans ces lignes; enfin, je n’étais plus seule! Mes sentiments étaient en quelque sorte légitimes puisqu’ils étaient partagés par d’autres adoptés comme moi! Enfin, quelqu’un m’a ouvert la voie.

Par le fait même, j’étais aussi consterner de constater que ces sentiments étaient trop souvent tus, étouffés par le honte et par le chagrin. Il faut créer un espace pour le dialogue!  Adoptés, vous aussi vous avez la voix!

Chaque semaine je commenterai une de ces “choses” tirées du recueil. À vos marques, prêts, suivez la voie!

Pour laisser un commentaire, cliquez sur le titre de l’article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *