Conseil d’administration

Les administrateurs du conseil d’administration de L’Hybridé: Maïly Daigle, Usha Zweili, Sandy Juhel, Étienne Grondin, Maude Touchette et Sylvie Poirier

Manuelle Alix-Surprenant | Cofondatrice de L’Hybridé




Manuelle Alix-Surprenant a cofondé L’Hybridé en 2010. Manuelle Alix-Surprenant est née en Corée du Sud et a été adoptée à l’âge de 8 mois par une famille québécoise.

En 2007, au retour d’un premier voyage en Corée du Sud, son pays d’origine, Manuelle Alix-Surprenant, cofondatrice et ancienne présidente de L’Hybridé aurait aimé rencontrer d’autres personnes adoptées afin de partager son expérience. Manuelle qui revenait au Québec avec plus de questions que de réponses n’avait à ce moment malheureusement trouvé pas de ressources qui répondait à ses besoins, elle s’est alors dit que si les ressources pour les personnes sont rares, pourquoi ne pas en créer. Deux ans plus tard, aux côtés de Sylvie Poirier, elle cofondait L’Hybridé, un organisme à but non lucratif pour les personnes adoptées à l’international.

Maïly Daigle | Présidente 




Maïly Daigle a obtenu sa maîtrise en psychoéducation à l’Université du Québec en Outaouais (UQO) en 2009 et son doctorat en psychologie en 2019. Son projet essai doctoral se porte sur les enjeux et les impacts de l’abandon et de l’adoption chez les adultes. Depuis les dix dernières années, elle agit en titre de spécialiste en réadaptation et intervenante en santé mentale auprès de clientèles diversifiées (adultes, adolescents et enfants) dans les milieux communautaires et hospitaliers.

Elle s’implique dans diverses causes en lien avec l’adoption internationale et espère contribuer à améliorer la santé mentale et l’adaptation des personnes adoptées.

Maïly Daigle est d’origine vietnamienne et a été adoptée à l’âge de 13 ans par des parents québécois. Sa fratrie est composée de personnes adoptées provenant de différentes régions du monde : Taiwan, Russie, Vietnam, Haïti, Canada. Son adoption tardive lui a permis de conserver sa langue maternelle ainsi qu’une compréhension approfondie de la culture vietnamienne.

Sylvie Poirier | Trésorière et cofondatrice de L’Hybridé




Formée en environnement, puis en intervention sociale  elle débute son parcours professionnel dans les rues de Montréal auprès d’enfants et de jeunes de milieux peu favorisés. Son parcours l’amènera par la suite à intervenir en matière de défense des droits des enfants et de leurs familles, en lien avec la discrimination  dont ils sont trop souvent victimes en recherche de logements. Elle portera par la suite les enjeux de la violence  faite aux femmes et à leurs enfants en joignant les rangs du développement social  en matière de sécurité des femmes pendant près d’une décennie. L’aventure entrepreneuriale lui aura également permis d’explorer en parallèle des dossiers plus légers tels que l’acériculture, l’écriture, la rédaction et l’animation des dynamiques de groupe. Depuis quinze ans elle coordonne une structure régionale de concertation  dédiée à l’insertion sociale et professionnelle des jeunes montréalais et demeure impliquée dans diverses causes sociales.

Libre développeuse, elle s’applique à construire le monde avec cœur!

Plus précisément :

  • Co-fondatrice de L’Hybridé, espace d’expression pour personnes adoptées depuis 2010.
  • Coordonnatrice d’une structure de concertation oeuvrant auprès de la jeunesse depuis 2004.
  • Rédactrice et scribe autonome depuis 2000.
  • Consultante en créativité,  en animation et en dynamique de groupes depuis 1995.
  • Citoyenne engagée, bénévole associative et membre d’organismes communautaires depuis 1985.
  • Œuvre au mieux-être de ses semblables depuis plus de trente cinq ans.

Sandy Jyhel|Vice-présidente

Sandy Juhel est née en Haïti et a grandi en France. À la fin du secondaire, elle fait le choix de « se déraciner » de son pays d’accueil pour vivre dans divers pays. Elle commence par le Canada, à Toronto, où elle y passe un an. Puis, elle s’établit en Belgique, à Bruxelles pour y effectuer des études en éducation spécialisée en accompagnement psycho-éducatif. Ensuite, elle décide d’aller vivre en Afrique du Sud, à Cape Town, pour y travailler et suivre en parallèle des études dans le domaine du travail social.

C’est dans le courant de ses années passées en Afrique du Sud qu’elle découvre que son adoption est un trait important dans son histoire. En effet, là-bas, on lui a souvent posé des questions sur sa nationalité et ses origines. Si bien que les questionnements sur son histoire ont commencé à prendre plus de place. Ils ont amplifié l’envie de retourner dans son pays de naissance.

À la fin de février 2017, elle s’envole pour aller vivre en Haïti pendant 8 mois. Elle ne définit pas ses premiers instants à Port au Prince comme étant un choc culturel. L’Afrique du Sud et les voyages effectués dans la partie subsaharienne du continent Africain l’ont involontairement préparé au retour dans son pays de naissance. Finalement, avoir vécu en Haïti a amené de nouveaux éléments dans sa vie qui constituent aujourd’hui un ensemble d’expérience riche en rencontres, émotions, culture et souvenirs. C’est ainsi qu’elle pense qu’il est important pour les personnes adoptées de savoir qu’elles ne sont pas seules à se questionner et à vivre des angoisses qui peuvent parfois générées des sentiments d’incompréhension. Il y a des associations comme l’Hybridé qui permettent la reconnaissance et la compréhension de la voix des personnes adoptées.


Étienne Grondin | Secrétaire


Maude Touchette | Administratrice

Maude, est originaire de Port-au-Prince en Haiti. Adoptée en 1984, à l’âge de neuf mois, par des parents québécois. Maude a grandit à Drummondville. Ayant toujours eu une curiosité sur son histoire et sur sa culture d’origine, mais ce sera en 2016, lors de sa rencontre avec Renaud Vinet-Houle et Manu Alix Surprenant, les co-directeurs du livre La Couleur de l’Adoption, que Maude aura sa première « vraie » discussion avec d’autres personnes adoptées comme elle. Sa participation au livre lui ouvrira alors la porte à une communauté de personnes adoptées. Tranquillement mais surement, Maude commencera à s’impliquer lors des rencontres en utilisant son médium qu’est la photographie. Le rôle de photographe officielle de l’organisme lui conviendra pour quelques temps ; un temps d’adaptation. Au même moment, elle commencera ses démarches pour retourner en Haïti. C’est lors d’un séjour de 2 semaines, qu’elle aura l’occasion de reconnecter avec ses origines, et qui lui l’auront permis d’aller chercher un petite partie d’elle même qu’elle ne connaissait pas. Par la suite, son implication pour les personnes adoptées prenait de plus en plus d’ampleur et de raison d’être. Avec son témoignage qu’elle présente sur son expérience, elle tente de rejoindre les personnes adoptées qui se posent des questions sur ce désir de reconnecter avec leur culture d’origine. C’est alors en novembre 2019, que Maude rejoint l’équipe du conseil d’administration de l’organisme l’Hybridé. Son but premier est d’aider les personnes adoptées qui souhaitent avoir un espace pour discuter en toute sécurité. Aussi, dans l’avenir, Maude souhaite continuer de sensibiliser et d’accompagner les personnes adoptées qui le souhaitent, dans leur démarche de retour aux origines


Usha Zweili | Administratrice

Usha est née en Inde en 1986 et a été adoptée par un père Suisse-Allemand et une mère Québécoise. Elle a vécu en Suisse de neuf mois à cinq ans pour ensuite déménager au Québec où elle grandira avec sa famille dans l’ouest de l’île avec son frère lui aussi adopté de l’Inde mais provenant d’une autre région. Elle fera fréquemment l’aller-retour avec sa famille entre Montréal et Lévis car toute sa famille maternelle s’y trouve.

 Usha travaille dans le milieu financier depuis 2016 et a été agente officielle et directrice du parti politique provincial le C.I.N.Q. Elle a toujours été impliquée dans son milieu, que ce soit pour la justice sociale, le féminisme intersectionnel ou autres causes qui la touche. En tant que personne adoptée elle désire faire connaître cette réalité en s’impliquant avec L’hybridé, son but est de porter les différentes voix des personnes adoptées, car chaque expérience est unique. Elle veut faire la lumière sur les enjeux bien précis de l’adoption internationale.